ARCHITECTURE MODULAIRE COMME VECTEUR DE DURABILITÉ

Le 10ème Forum Ecoparc s’est associé à la plateforme en ligne modulart.ch pour faire le tour des différentes démarches en cours d’élaboration dans la pensée en systèmes de l’architecture modulaire. Avec dans le viseur, les enjeux de la transition énergétique et sociétale du XXIème siècle. La manifestation a eu lieu le 6 septembre 2019 dans le bâtiment Microcity à Neuchâtel
1911_Forum-Ecoparc_01_©
IMAGE: THALIE ROSSETTI
Emmanuel Rey, Kathrin Merz, Nicole Decker, Marie-Paule Thomas et Thomas Jusselme
IMAGE: THALIE ROSSETTI
Dimitri Toubanos, Pascal Gontier, Fabien Coquillat, Raffael Graf, Matthias Armengaud et Guillaume Pujol

Entre les cycles de renouvellement plutôt lents du patrimoine bâti et les évolutions socioculturelles et technologiques de plus en plus rapides de ces dernières décennies, un fossé se creuse. Un fossé d’autant plus profond que les enjeux liés aux dérèglements climatiques s’y superposent, forçant les traits d’une société en transition, en quête de nouvelles perspectives de durabilité. Et l’une des lueurs d’espoir pourrait bien venir de l’architecture modulaire, dont la pensée en systèmes apporte son lot d’avantages économiques et écologiques, tant en phase de conception, que de construction, d’utilisation, de déconstruction et de recyclage des éléments du bâti.

Associé pour l’occasion à la plateforme en ligne modulart.ch, véritable laboratoire de pensée modulaire présentée en quelques mots par l’architecte Kathrin Merz, le Forum Ecoparc 2019 et sa nouvelle présidente, Nicole Decker, ont invité chercheurs, architectes, urbanistes, ingénieurs, investisseurs privés et responsables de collectivités publiques à découvrir les enjeux et les solutions d’une approche modulaire de la construction ouverte sur une conception plus évolutive et plus modulable du bâti. Et comme l’ont montré les divers intervenants, et notamment dans son préambule le Prof. Emmanuel Rey, directeur du Laboratoire d’architecture et technologies durables (LAST), EPFL et associé du bureau Bauart à Berne, Neuchâtel et Zurich, l’architecture modulaire offre une perspective d’autant plus prometteuse qu’elle intègre très en amont du processus de conception les notions d’adaptabilité, de durabilité et de qualité architecturale.

Sociologue et urbaniste, la Dr. Marie-Paule Thomas a souligné l’importance qu’il y avait à mieux comprendre le point de vue des usagers, de plus en plus individualistes, pour mieux programmer et planifier la ville contemporaine, et imaginer des projets architecturaux adaptés et adaptables, dans un contexte d’agilité, de flexibilité et de réversibilité.

Le Prof. EPFL Thomas Jusselme, professeur à la HEIA- FR et adjoint scientifique EPFL à Fribourg, a quant à lui mis l’accent sur l’urgence climatique et la nécessaire réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le secteur de la construction. Il a notamment insisté sur la nécessité de prendre en compte les impacts environnementaux dès les premiers pas du processus de conception et mis en valeur les contraintes et les opportunités de la construction modulaire dans la perspective de la réduction de l’empreinte carbone des bâtiments.

L’architecte et urbaniste Dr. Dimitri Toubanos, maître de conférence associé et chercheur associé EVCAU (ENSA Paris Val-de-Seine) et chercheur LIAT (ENSA Paris-Malaquais), a brossé le tableau d’une nouvelle grille de lecture des enjeux d’une architecture vouée à la durabilité, dans laquelle la conception modulaire et évolutive pourrait jouer un rôle non négligeable. Il a également proposé une approche plus vaste de la modularité à l’échelle urbaine, afin de dégager son potentiel à l’aulne de l’aménagement du territoire.

Le Prof. Pascal Gontier, architecte à Paris et professeur à l’ École nationale supérieure d’architecture de Nantes, a quant à lui présenté les fruits de sa réflexion sur la recherche d’une alternative urbaine à la maison individuelle péri-urbaine ou rurale. Condensée dans un livre, sa méthode BOB (Bespoken Open Building) permettrait de réaliser un nouveau modèle d’habitat collectif constitué de logements sur mesure, fondé sur la modularité des éléments constructifs.

L’architecte Raffael Graf, associé du bureau Bauart à Berne, Neuchâtel et Zurich,, a présenté un tour d’horizon des multiples concepts et réalisations de construction modulaires développé par ce bureau, en particulier dans le domaine des espaces dédiés à l’enseignement. Depuis le prototype «Modular-T» de 1993 jusqu’au pavillons scolaires «Modular Zoug» de 2011, en passant par le développement de la Swisswoodhouse, il a fait l’éloge de la pensée en système pour la construction de bâtiments à vocation temporaire, pouvant être facilement déplacés selon les besoins.

L’architecte et urbaniste Matthias Armengaud, membre fondateur et co-directeur de AWP agence de reconfiguration territoriale à Paris, préfère parler lui d’architecture instable et de reconfiguration territoriale. Il aborde la question de la transition écologique sur le plan du métabolisme urbain et place la modularité au sein des mailles techniques qui vont devoir redimensionner la future trame urbaine et influer directement sur les modes d’habiter.

L’architecte associé chez ppa architectures à Toulouse, Guillaume Pujol, a présenté un projet de 50 logements sociaux dans le cadre de la recomposition d’un site d’habitation au nord de Toulouse. Il a insisté sur la qualité architecturale supérieure de ce type de construction modulaire dans des limites budgétaires restreintes, en soulignant également les avantages environnementaux et sociaux qu’offre la pensée systémique modulaire, susceptible de produire une architecture modulaire économique, de qualité et spécifiquement adaptée au contexte.

Le Prof. Emmanuel Rey a clôt le forum en relevant la richesse des démarches innovantes présentées et en concluant sur le potentiel significatif de l’architecture modulaire associant principes de pensée en système, méthodes de design intégré, techniques numériques de préfabrication et valorisation des ressources locales. L’architecture modulaire semble donc bien être à même de faire émerger de nouveaux types de construction, capables de répondre simultanément aux défis de la durabilité et de la qualité architectonique.

Intitulés Vers une architecture modulaire? Bâtir en systèmes pour une société en transition, les actes du Forum Ecoparc 2019 sont édités sous la forme d'un cahier spécial de la revue TRACÉS.

Ecrivez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs à disposition sont marqués par un *