DES SOLUTIONS SUR MESURE AVEC LE «POINT DE BRÊME»

Logements à loyers abordables et architecture de qualité ne sont pas toujours raccord.  Il en va tout autrement à Brême, où  la plus grande coopérative d’habitation de la ville construit des bâtiments modulaires dans l’air du temps.
WEB_bremer_punkt_01_2017_e4a3413-nikolai_wolff
«Point de Brême»: structures cubiques composées de modules préfabriqués en bois.
IMAGE: Nikolai Wolff.

Nous recherchions un type de bâtiment flexible, comme une sorte d’armature avec un haut degré d’adaptabilité

John Klepel, Chef de projet chez LIN Architekten Urbanisten

 

L'espace d’habitation est rare dans les grandes villes allemandes. C'est également le cas à Brême, une ville hanséatique du nord de l'Allemagne de plus d'un demi-million d'habitants. Ce sont surtout les logements à loyers abordables qui font défaut. Des friches urbaines libres pourraient pourtant être aménagées, ce qui pourrait apporter une plus-value aux quartiers concernés. Et c’est précisément ce que la plus grande coopérative d'habitation de la ville, GEWOBA, avait en tête. En 2011, elle a organisé un concours d'idées sur le thème du "Bâtiment insolite", dans lequel elle espérait trouver des solutions modernes pour des logements à loyers abordables, de grande souplesse d’usages et qui pourraient offrir un foyer à toutes les couches de la population. L'objectif était de compléter les colonies d'après-guerre des années 1950 et 1960, comme les cités-jardins.

Dans le cadre du concours, les architectes urbanistes berlinois de LIN Architekten Urbanisten ont développé le «Point de Brême»: des structures cubiques composées de modules préfabriqués en bois. Avec une superficie au sol de 14 fois 14 mètres, ils affichent une taille modeste. Ayant le même nombre d'étages que le bâti existant, ils semblaient posés discrètement en pointillé dans le paysage sans altérer le caractère verdoyant du quartier. Esthétiquement, les nouveaux bâtiments s’intégraient parfaitement au bâti existant. La GEWOBA a d'abord fait construire trois cubes de ce type. «Nous recherchions un type de bâtiment flexible - comme une sorte d’armature avec un haut degré d’adaptabilité», explique John Klepel, chef de projet chez LIN Architekten Urbanisten. Le concept a donc été développé comme un système modulaire dans lequel différents types d'appartements pouvaient être combinés dans chaque bâtiment. «Cela permet de créer des offres individualisées pour différents groupes d'utilisateurs sur chaque site».

Le prototype s’est développé en une sorte de série, qui permet de proposer des solutions flexibles, adaptables à différents environnements et usages. Le potentiel de déclinaison est immense: on peut combiner de quatre à onze appartements dans un Point de Brême, avec des surfaces habitables allant de 30 à 138 mètres carrés. Soixante typologies différentes sont possibles. La coopérative d’habitation dispose ainsi d’une boîte à outils qui lui permet de réagir tout en souplesse à toutes les situations et besoins. On pourrait même utiliser les Points de Brême comme extensions des bâtiments existants, en les raccordant avec des passerelles aux étages.

Les bâtiments ponctuels sont conçus selon le système de construction modulaire et composés en grande partie d’éléments constructifs préfabriqués. Les éléments porteurs des panneaux extérieurs forment une armature en bois, les dalles sont en béton armé ou des dalles mixtes bois-béton. La cage de distribution est en béton armé, elle renforce le bâtiment et offre en même temps une voie d'évacuation sûre. Il peut s'agir d'un noyau interne ou d'une pergola. Les fenêtres carrées sont disposées librement et reflètent la singularité du bâtiment. Construit en bois, le Point de Brême consomme beaucoup moins d'énergie grise qu'un bâtiment comparable en maçonnerie. De plus, l'enveloppe du bâtiment est si bien isolée que la norme de la maison passive est presque atteinte.

En plus des quatre premiers Points de Brême, trois autres sont en construction et trois autres en planification. Ils ont été distingués par le Prix allemand des maîtres d’ouvrage 2018.

PLANS: LIN, IMAGES: Nikolai Wolff, à l'exception du montage 2, Gewoba.

Ecrivez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs à disposition sont marqués par un *