JEU DE CONSTRUCTION EN GRAND

Le Jeu de construction en grand de Gropius était bien plus qu’un jeu avec des petits cubes: la pensée systématique imaginée en 1923 est au fondement de la construction des bâtiments mondialement célèbres de l’époque du Bauhaus. L’année du centenaire du Bauhaus valait bien un petit retour sur ses origines.
07_FarbkonzeptFassade_Toerten_BauatelierGropius_1926
06_FarbkonzeptFassade_Toerten_BauatelierGropius_1926
La façade des maisons en série se caractérise par des couleurs subtiles et une structure simple.  
Dessins: Atelier Gropius 1926

De même que les véhicules sont assemblés à partir de pièces détachées dans des usines, l'idée du Jeu de construction en grand de Walter Gropius était de pouvoir construire de vraies maisons. Six volumes rectangulaires, partiellement coudés et de la taille de plusieurs pièces habitables devaient pouvoir se combiner de différentes manières pour former des «machines à habiter». Avec une surface habitable de deux étages comme module de base, les maisons modulaires étaient extensibles volumétriquement, toujours similaires, mais jamais identiques. Explorant depuis 1910 les possibilités de la construction industrielle, Gropius a créé le fondement d’une typologie des éléments constructifs basée sur l’usage récurrent de modules, susceptibles d’être produits en série à une échelle industrielle. Son principe constructif devait permettre de dessiner une grande variété de plans.

 

La production en série était considérée à l’époque du point de vue économique comme une formule magique dans l'industrie du bâtiment. Certaines des variantes pouvant être assemblées selon la méthode de construction modulaire ont servi de modèles pour des maisons en série. Après le déménagement du Bauhaus à Dessau en 1926, l'atelier de construction Gropius a eu pour la première fois l'occasion d'appliquer ces méthodes à grande échelle. La ville de Dessau avait placé beaucoup d’espoirs dans la nomination du directeur du Bauhaus et la capacité d’innovation de son école. La ville comptait en effet pouvoir endiguer la pénurie de logements grâce aux nouvelles méthodes et aux nouveaux moyens de construction élaborés au sein l’école. C’est ainsi que le lotissement de Dessau-Törten, construit en trois étapes en 1928, est devenu un laboratoire expérimental à ciel ouvert pour tester de nouveaux matériaux et méthodes de construction. Avec Francfort Praunheim ou le Weissenhof de Stuttgart, c'est l'un des plus grands lotissements expérimentaux de la modernité.

 

Les maisons en série à deux étages offraient des espaces d’habitation entre 57 et 76 m2. Coûtant dix mille Reichsmark, elles étaient également accessibles aux ouvriers. D’étroites bandes de terrain situées derrière les maisons offraient 400 m2 de jardin cultivables aux habitants. Le bâtiment de plusieurs étages, crépi de blanc, de l’association des consommateurs a été érigé au centre du lotissement en guise de point de rencontre sociale. Ce dernier apportait une touche urbaine au quartier et un brin de diversité dans l’univers très répétitif des maisons expérimentales en série.

 

Tandis que l’idée de la cité jardin représentait une tentative réformatrice éprouvée au sein du lotissement, l’aspect moderne des maisons sévèrement cubiques semblait pour le moins inhabituelle. Il faut dire que Gropius avait deux idées en tête avec son lotissement: d’une part, réduire au maximum les coûts de production en recourant à des méthodes de construction fordistes. Et d’autre part, expérimenter en grandeur nature de nouvelles techniques constructives et de nouvelles formes d’expression architectoniques. Les deux objectifs étant toutefois partiellement contradictoires, les objectifs économiques sont restés lettre morte et l’ambitieux projet de construction de lotissement a subi les feux de la critique.

 

Le fort accent mis sur la rationalisation de la construction a eu pour conséquence de réduire au minimum le système constructif des étroites maisons en série. Leur potentiel d’extension, tel qu’il était prévu dans le Jeu de construction en grand, y a perdu toute possibilité de réalisation. Il en a été tout autrement avec les quatre maisons de maître que Gropius a construites en 1925 dans une pinède pas loin de la maison Bauhaus de Dessau. N’ayant aucune contrainte financière, quatre maisons cubiques y ont été construites selon les principes constructifs les plus modernes. Malgré leur histoire mouvementée, elles sont aujourd’hui encore considérées comme des objets modèles illustrant le principe des maisons types construites sur le principe de la pensée systématique du Jeu de construction en grand.

Principe des maisons types de Walter Gropius construites sur le principe de la pensée systématique du Jeu de construction en grand.
Dessin: Walter Gropius 1923
Plan de situation du lotissement de Dessau-Törten, construit en trois étapes .  
Dessin: Atelier Gropius env. 1929
05_SiedlungToerten_SietoeIV_Theis_1929
Des fenêtres en acier filigrané et des plafonds en éléments en béton armé ont également été installés dans le type de maison Sietö IV  
Photo: Emil Theis env. 1929
Le bâtiment de l’association des consommateurs a été érigé au centre du lotissement en guise de point de rencontre sociale.  
Photo: Emil Theis env. 1929
1) La maison de maître Muche et Schlemmer après sa rénovation en 2011. 2) La construction du lotissement de Dessau-Törten a été poursuivie par ses habitants. A ce jour, il n'y a que la Maison Anton qui soit restée dans son état d'origine.  
Photo: Yvonne Tenschert, 2011, Association Bauhaus Dessau

Ecrivez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs à disposition sont marqués par un *