LA PÉNURIE DE LOGEMENTS REND CRÉATIF

En 2013, un groupe de jeunes gens a ébauché un projet de foyer pour 220 personnes en formation à Heidelberg. Six ans plus tard, le financement est bouclé. Les travaux de construction pour le «Collegium Academicum» peuvent débuter cet été: un projet pionnier à bien des égards.
MAQUETTE HABITATION: dgj Architekten.

Depuis mai 2018, un caisson en bois de 14 mètres carrés a été exposé à divers endroits au centre-ville de Heidelberg. Il s’agissait en fait du modèle d’une des 176 chambres du «Collegium Academicum». La moitié de la chambre est un noyau fermé avec lit, étagères et table de travail – tout en bois. L’autre moitié est destinée à divers usages; elle peut rester ouverte et agrandir la salle commune ou en être séparée par une étagère ou une table, voir même avec une paroi, tout en étant rattachée au noyau fermé. Trois à quatre de ce genre de pièce et une salle de bain seront groupées autour d’un espace commun avec cuisine de ce qui formera alors une petite communauté d’habitants.

Le prototype de la chambre à l’échelle 1:1 a permis à la population et aux potentiels petits investisseurs de se faire une bonne idée du projet. Car en plus des subventions et du financement bancaire, les trente personnes du groupe de pilotage du projet étaient également en quête de crédits privés directs pour financer leur projet de construction devisé à 16 millions d’euros.

Le financement est aujourd’hui quasi bouclé, l’aventure peut commencer. Pour créer de la place pour le nouveau bâtiment, une ancienne clinique de l’hôpital du quartier Rohrbach de Heidelberg est en train d’être démolie. Le radier sera bétonné avant d’accueillir d’ici à fin 2020 un bâtiment en bois de quatre étages. Murs et plafonds seront des modules préfabriqués, tout comme la façade, les éléments des murs extérieurs, fenêtres inclues, et les modules sanitaires complètement équipés. Les futurs habitantes et habitants construiront eux-mêmes les meubles et les cloisons de séparation: pour des raisons économiques, mais aussi dans l’idée de renforcer le sentiment de communauté. Une fraiseuse CNC sera installée à cet effet au rez-de-chaussée. Ce sont également les futurs étudiants qui vont végétaliser à leur goût les aménagements extérieurs et le toit en terrasse dans les années à venir. Le loyer d’une chambre tournera autour des 300 euros (frais de chauffage inclus). Une aula, une salle multi-fonctionnelle dotée d’une cuisine accueillant des événements internes et externes, ainsi qu’un atelier d’apprentissage complètent le programme. Un ancien bâtiment administratif sera transformé ultérieurement et pourra offrir un logement à 50 étudiants ou apprentis de plus.

Le projet est né lors d’un repas partagé par une communauté d’étudiants (voir l’interview). L’idée au coeur du projet était d’habiter en communauté, de créer des espaces libres, d’échanger entre les différentes filières d’études et de vivre de manière économique. Une grande importance était également accordée à la question de la durabilité. Architectes et planificateurs ont ainsi conçu des constructions en bois, dans lesquelles l'adhérence statique est créée par l'assemblage du matériau. Le bois est également utilisé pour la protection structurale contre l'incendie et reste en grande partie non couvert. «Design for Disassembly» est le nom de l'approche qui permet la reconstruction non destructive, le démantèlement et la réutilisation des structures.

WEB_07_CA_Demonstrator-02
Le prototype de la chambre à l’échelle 1:1 a permis à la population et aux potentiels petits investisseurs de se faire une bonne idée du projet.
IMAGE: dgj Architekten.

«Design for Disassembly» prévoit le futur démontage dans le concept de construction.

Ecrivez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs à disposition sont marqués par un *