L’EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE EST AU CENTRE DE NOS PRÉOCCUPATIONS

L’idée de la swisswoodhouse est venue à Max Renggli, CEO et président d’administration de Renggli SA, et Marco Ryter, ancien partenaire de Bauart Architectes et Urbanistes SA, autour d’une bière de fin de soirée. Modulart s’est entretenu avec Max Renggli, l’un des deux hommes en question, sur cette maison bien singulière, la construction en bois et la construction durable.
Portrait_Max_Renggli_2017_horizontal
Max Renggli, CEO et président d’administration de Renggli SA, Suisse
IMAGES: RENGGLI

Interview: Tamas Kiss

Qu’est-ce qui distingue à vos yeux la swisswoodhouse de Nebikon ?

Max Renggli: L’usager et ses besoins individuels, ainsi que la responsabilité des planificateurs par rapport à un développement durable sont au coeur du concept de la swisswoodhouse. Renggli et Bauart accordent tous deux une valeur particulière à une architecture attrayante, qui ménage le terrain constructible, qui favorise une exploitation économe en énergie et en eau, et qui vise un approvisionnement en énergies renouvelables. Avec le concept swisswoodhouse nous avons créé une alternative à la maison familiale, afin de densifier le bâti et de favoriser ainsi une gestion économe du sol et des énergies. Le but c’est de doter la maison familiale individuelle de l’efficience et de la rationalité constructive propres aux immeubles d’habitation. Le bâtiment de Nebikon se distingue ainsi des immeubles d’habitation conventionnels par sa grande flexibilité et son degré maximal de liberté de conception et d’aménagement dans le cadre du système constructif en bois. Sa particularité réside dans l’équilibre entre individualité et conditions-cadre fixes. Le concept innovant du bâtiment et son développement constructif permettent de définir un nouveau type de standardisation dans la flexibilité des procédures de planification, d’usage et de transformation pour les constructions en bois de plusieurs étages.

Le bois est actuellement très tendance – surtout dans le cas de lotissements comme à Nebikon, où la question de durabilité est centrale. Quelle évolution voyez-vous là ?

MR: Le bois permet la manière de construire la plus durable qui soit. La matière première est abondante en Suisse et se renouvelle naturellement, on devrait l’utiliser bien plus souvent. Mais le bois est aussi un matériau de construction génial en soi, qui a d’excellentes qualités statiques tout en étant très apprécié par les gens. Et ces dernières années, nous avons connu un développement technique incroyable. Par exemple en ce qui concerne l’isolation acoustique des planchers ou des parois, et la sécurité incendie. Combiné à l’optimisation de la préfabrication, le bois est aujourd’hui un matériau de construction concurrentiel à tous les égards.

Avec le concept swisswoodhouse nous avons créé une alternative à la maison familiale, afin de densifier le bâti et de favoriser ainsi une gestion économe du sol et des énergies.

Le bois a l’immense avantage de permettre un construction rapide. Quelles répercussions cela a-t-il sur les coûts ? Le bois est-il encore plus cher que la construction en dur ?

MR: Avant, c’était un obstacle supplémentaire pour le bois. Mais si on compare ce qui est comparable, nous ne sommes désormais pas plus chers. Qui plus est, le bois permet une construction rapide et à sec. On peut facilement construire un lotissement en six à huit mois, au lieu de douze. Si l’on construit dans des quartiers à haute densité ou si on rénove un bâtiment occupé, c’est un avantage certain. Mais on ne peut construire meilleur marché qu’au travers de concepts intelligents. Cela vaut aussi pour les logements individuels, où les enjeux porteront plutôt sur des questions fonctionnelles qu’esthétiques à l’avenir. Ou sur des questions techniques, où il ne s’agira plus d’en mettre le plus possible, mais d’en installer juste ce qu’il faut.

 

Revenons encore une fois sur la grande question de la durabilité : est-ce que Renggli travaille avec du bois suisse ? Et comment gérez-vous la question énergétique en général (sortie des combustibles fossiles et remplacement par des énergies locales utilisant la technique solaire, la géothermie ou les pompes à chaleur) ?

MR: C’est le maître d’ouvrage qui décide quel bois nous utilisons. S’il souhaite du bois suisse à 100 %, il aura du bois suisse à 100 %. Mais comme cela se répercute sur les coûts de production, nous utilisons la plupart du temps du « bois du pays » provenant de la région alpine – nous utilisons exclusivement du bois certifié FSC. En ce qui concerne la technique constructive, nous visons une planification optimisée au maximum sur l’efficience. Cela commence dès la phase de conception architecturale, car les ouvertures, les retraits et les agencements influencent autant la consommation d’énergie que la technique constructive. Nous avons été une des premières entreprises à construire des maisons Minergie en Suisse, et l’efficience énergétique nous tient à coeur dans tous nos projets, car elle fait partie intégrante de notre philosophie d’entreprise.

Si on compare ce qui est comparable, nous ne sommes désormais pas plus chers.

SWH_nebikon-104_RuediWalti
SWISSWOODHOUSE - PROJET PILOTE NEBIKON
IMAGE: RUEDI WALTI

Dans quelle mesure avez-vous été impliqué dans la conception stratégique du projet de Nebikon ? Et est-ce que votre entreprise joue le jeu lorsqu’il s’agit de se lancer dans des réflexions à long terme en matière de projets ou de rénovations ?

MR: Le concept de la swisswoodhouse développé par Renggli et Bauart est né il y a dix ans déjà. En 2008, nous avions déposé auprès des Offices fédéraux de l’environnement et de l’énergie (OFEV/OFEN) un projet CTI en tant que mandataire, sous la direction de Renggli SA. Pirmin Jung Ingenieure für Holzbau AG et Reuss Engineering AG étaient des partenaires de projets parmi d’autres entreprises. La réalisation de Nebikon est issue de ce projet CTI et Renggli SA a fonctionné comme entreprise générale et constructeur bois. Nous collaborons régulièrement avec de Hautes écoles et en tant que partenaire de développement dans des projets CTI. Dans les projets de construction concrets, nous intervenons soit en tant qu’entreprise générale ou totale, et participons donc largement à la planification. Nous estimons qu’il est important de penser à l’exploitation et au démantèlement dès la phase de planification, car l’exploitation représente environ 75 % des coûts globaux d’un bâtiment. Etablir une conception globale de durabilité d’un projet de construction, c’est une condition de base. Et l’on devrait suivre une stratégie à long terme aussi en ce qui concerne les rénovations, en harmonisant substance bâtie existante et objectifs que l’on veut se donner.

 

Renggli est à la fois constructeur bois et entreprise générale. Quels sont vos rapports avec les architectes ?

MR: Renggli s’est bâti une solide réputation de savoir-faire au cours des 100 ans de son histoire. Nous connaissons notre métier sur le bout des doigts et maîtrisons les méthodes d’application modernes du bois. Les architectes qui travaillent avec nous, comme constructeur bois ou entreprise générale, font confiance à notre expertise, profitent de notre connaissance du matériau et apprécient notre approche innovante dans le soin des détails. Nous réalisons environ 80 % de nos commandes avec des architectes extérieurs.

 

Est-ce que votre travail de préfabrication ne limite pas la créativité des architectes ?

MR: Avec la construction en bois, les projets doivent s’orienter dès le début sur la technique constructive, car le bois est un matériau de construction organique qui peut vite s’abîmer s’il n’est pas correctement mis en œuvre. Les constructeurs bois ont développé ces dernières années un excellente compréhension de la qualité architecturale et de nombreux bureaux d’architectes travaillent volontiers avec du bois, parce que cela demande une planification précise, une finition détaillée et un intense travail de réflexion. Les projets réussis sont aujourd’hui ceux qui sont conçus dès le départ par une équipe pluridisciplinaire. Je suis persuadé que l’architecture et la préfabrication vont collaborer encore bien plus étroitement à l’avenir.

Les projets réussis sont aujourd’hui ceux qui sont conçus dès le départ par une équipe pluridisciplinaire.

La construction en bois de plusieurs étages a considérablement gagné du terrain ces derniers temps. Comment cela va-t-il évoluer à votre avis ?

MR: Quand nous nous demandons quelles sont les bonnes constructions pour le futur, je suis persuadé que la préfabrication gagnera largement en importance. Peu importe qu’il s’agisse de bois, d’acier, de béton ou de verre. Dans le bois, nous avons commencé il y a déjà vingt ans avec la préfabrication. Je pense donc que le bois jouera un rôle important aussi dans le futur – et que la tendance va même s’accentuer.

 

En Suisse, vous faite partie des pionniers de la construction durable. Que voyez-vous quand vous vous projetez dans l’avenir ?

MR: La consommation du sol va devenir un facteur déterminant en Suisse dans l’industrie du bâtiment. Il faudra développer des concepts intelligents, couplant flexibilité et rentabilité pour les investisseurs – sans rentabilité, rien ne se fait –, offrant un maximum de confort pour des loyers abordables aux locataires et présentant globalement une haute efficience énergétique. Bref : il faudra tenir compte indifféremment de tous le facteurs de durabilité. La swisswoodhouse est un concept de ce genre – nous développons d’ailleurs en ce moment de nouveaux concepts avec des buts similaires.

 

Objektbau-Schulhaus-Biel9_web
ÉCOLE À BIENNE  - VERVE ARCHITECTEE
IMAGE: RENGGLI
Objektbau-Schulhaus-Biel1_web

Quelles sont les exigences de Renggli en matière de qualité architecturale ?

MR: L’architecture crée des espaces. Notre exigence est donc élevée et ce dans sa totalité, tant au niveau de l’utilisation de l’espace disponible que de l’avantage qui doit en résulter pour le futur occupant et son environnement. Les architectes professionnels qui planifient des constructions en bois ont développé la compétence de penser un projet de A à Z. C’est-à-dire : orienté sur le matériau et sur la préfabrication, ainsi que leurs retombées sur l’ensemble du cycle de vie d’un bâtiment.

 

MR: L’entreprise Renggli s’est penchée intensivement sur la construction de logements ces vingt dernières années et a développé des procédures pour les différentes phases de réalisation. Tout commence par une analyse précise et la prise en compte des objectifs réels du maître d’ouvrage. Pour les rénovations, nous considérons la substance du bâti, nous mettons en évidence les données spatiales, nous relevons les éventuels potentiels supplémentaires d’usages et nous testons l’efficience énergétique. Sur cette base, nous élaborons un concept stratégique pour le maître d’ouvrage.

 

Comment réagissez-vous aux idées de projet ?

MR: Quand un maître d’ouvrage – peu importe que ce soit un privé ou un investisseur – nous soumet ses idées de projets, cela nous aide à aller au coeur de la chose et à reconnaître les véritables attentes. Bon nombre de maîtres d’ouvrage apportent leurs idées plus ou moins matures lors de la première entrevue. Cela nous donne d’emblée une bonne base de discussion, sur laquelle nous pouvons ensuite aborder le véritable travail de projection. Nous collaborons ensuite avec des planificateurs compétents, afin d’augmenter la qualité du projet.

 

160426_NEST_Vision_Wood_032_web
NEST – VISION WOOD
IMAGES : RENGGLI (GAUCHE),  ROMAN KELLER (DROITE)
20160521_NEST_Aussenansicht_1_(Fotograf_Roman_Keller)_web

Ecrivez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs à disposition sont marqués par un *