TERMINOLOGIE DE LA CONSTRUCTION EN SYSTÈMES

ÉLÉMENT

Les éléments sont des composants bidimensionnels.

CONSTRUCTION PAR COMPOSANTS

Le composant désigne un élément de construction en général. La construction par composants se distingue avant tout par son haut degré de préfabrication. Chaque composant est préfabriqué en usine et est protégé contre les intempéries, ce qui permet un contrôle de qualité élevé et un temps de montage très court. La construction par composants n’implique pas forcément un mode de construction modulaire.

CONSTRUCTION HYBRIDE

La construction hybride désigne un mode de construction combinant différents matériaux comme le bois, l’acier et le béton. La combinaison des caractéristiques spécifiques de ces matériaux, comme par exemple leur capacité de charge, d’isolation acoustique ou de protection incendie, permet de fabriquer des composants très performants. Les éléments de construction hybrides sont préfabriqués la plupart du temps en usine sous forme de composants ou de modules entiers, avant d’être montés sur le chantier.

CONSTRUCTION LÉGÈRE

La construction métallique légère et la construction en bois sont des techniques constructives légères, par opposition à la construction en dur (p. ex. béton et briques). La construction légère désigne une manière de construire permettant de réduire le poids de maximum. Les éléments, porteurs ou non, sont dimensionnés pour économiser une maximum de matériau construit et préserver au mieux les ressources.

La construction légère est courante dans la construction aéronautique et la construction de véhicules, afin d’en réduire la consommation de carburant. Mais la construction légère gagne aussi du terrain dans le domaine du bâtiment. Il s’agit alors avant tout de réduire le poids total d’une construction, en réduisant par exemple les portées en cas de surélévations ou en transportant et en montant plus efficacement des éléments de construction préfabriqués.

Dans le bâtiment, c’est la construction métallique légère qui est le plus souvent utilisée (voir Living Shell). Mais de nouveaux matériaux high-tech s’invitent de plus en plus souvent (p. ex. carbone) sur les chantiers.

MODULE

Le terme module (modulus en latin «mesure») désigne une unité de base, définie lors d’un projet ou de la fabrication. En architecture, le module désigne en général la cellule tridimensionnelle qui fonde la dimensionnalité d’un projet et dont toutes les dimensions expriment un multiple. Le terme module est le plus souvent utilisé pour désigner des composants qui délimitent un espace et qui sont assemblés de manière répétitive.

CONSTRUCTION MODULAIRE

Le terme construction modulaire est utilisé pour parler des systèmes de construction basés sur des cellules tridimensionnelles (modules). Ces modules sont composés d’éléments et peuvent être assemblés de manière répétitive.

BÂTIR EN SYSTÈMES

Bâtir en systèmes implique une planification systématique. Bâtir en systèmes implique une procédure respectant strictement des règles prédéfinies quant au genre des interfaces et de l’assemblage des composants (modules ou éléments), et qui compose de fait un système. C’est ainsi que l’on peut définir la modularité, c’est-à-dire la capacité d’arrimage et la mise en oeuvre modulaire. Elle désigne (simplement) la manière dont le module s’insère dans le système et comment il fonctionne (plug and play). L'approche systématique se distingue par le fait que l’on ne se concentre pas sur une problématique unique, mais sur un système dans son ensemble.

VITRUVE - La modularité déjà chez les romains

L'enseignement de la statique et de la construction nous ramène loin en arrière, vers une oeuvre révolutionnaire sur l'architecture. Marcus Vitruvius Pollio, architecte et ingénieur romain a rédigé ses «Dix livres sur l'architecture» autour des années 30 av. J.C., où il traite des principes de l'architecture et des différentes catégories de constructions, ainsi que de l'ingénierie dans les trois derniers tomes.

Le premier tome est capital en ce qui concerne la modularité. Vitruve y distingue trois principes de base de l’architecture: firmitas (stabilité), utilitas (utilité) et venustas (beauté), des caractéristiques encore d’actualité aujourd’hui. Six autres notions de base se rapportent aux proportions du bâtiment, ainsi que sur la conception et la disposition. La question de la proportion nous renvoie à la thématique de la modularité, par le biais des notions d’ordinatio, d’eurythmia et de symmetria. Avec l’ordinatio, il en réfère à l’ordre, à savoir la répartition bien proportionnée des éléments d’une construction. Avec l’eurythmia, il attire l’attention sur la prescription dans l’assemblage des éléments constructifs pour l’aspect extérieur, alors que la symmetria détermine l’équilibre émergeant des modules utilisés. Ces différents thèmes ont marqué toutes les théories de l’architecture jusqu’à aujourd’hui.

Dans le premier chapitre du troisième livre, on trouve l’une des premières théories sur les mensurations idéalisées par rapport au corps humain, dont les mesures se fondent dans des formes géométriques de base comme le carré et le cercle. Proportions et subdivisions des éléments individuels y sont détaillées grâce à un système de numération.

La méthode des modules, telle qu’elle a été inventée par Vitruve, reprise par Léonard de Vinci, se retrouve vingt siècles plus tard dans système de mensuration Modulor de Le Corbusier, fondé sur le nombre d’or.

Extrait de «Modulare Systeme», Tamara Hauser, mémoire de stage, Haute école des arts de Berne, 2015

Vitruv - 10 Bücher

Ecrivez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs à disposition sont marqués par un *